Histoire de Moscou

Affiche de Moscou

Une histoire de Moscou, personnelle.

Cette ville fascine. Et il faut dire que la littérature, tout comme le cinéma, lui a bien rendu hommage. Capitale de la Russie et emblème de la puissance russe, Moscou fait partie de ces villes immenses à l’histoire vertigineuse, aux parcs par dizaines et aux monuments culte.

Les origines

Moscou est d’abord une petite bourgade bâtie sur les bords de la Moskova. Au XIe siècle, date à laquelle les premières traces de la ville nous sont connues, l’Europe de l’Est est regroupée en une principauté slave : la Rus’ de Kiev (IXe-XIIIe). Au fil des années, le bourg se développe autour d’un kremlin, c’est-à-dire de fortifications, et devient un carrefour commercial important de la principauté.

Kremlin — Wikipédia
Le kremlin
La période mongole

En 1238, les invasions mongoles, menées par le petit-fils de Gengis Khan, détruisent, brûlent et pillent Moscou une première fois. La Rus’ de Kiev se désagrège en une multitude de principautés russes, qui se soumettent à l’empire mongol. Cette période, où pendant plus de deux siècles les principautés, en échange de leur intégrité culturelle, payent un lourd tribut aux Mongols et sont officiellement leurs vassaux, s’appelle la Horde d’or. Les incursions violentes sont fréquentes, les villes sont détruites et reconstruites, les principautés peinent à s’unifier contre les Mongols. Néanmoins, c’est à cette époque que Moscou commence à se démarquer. Elle gagne en puissance, étend son territoire et organise une principauté autonome de plus en plus puissante : la Moscovie.

Yvan le Terrible

Chemin de l’indépendance

Au début du XVIe siècle, après des années de guerre et de rebondissements sur le long chemin de l’indépendance, Ivan III chasse définitivement les Mongols d’Europe et centralise son État. Son petit-fils finit d’étendre le pouvoir de la Moscovie et, en 1547, devient le premier tsar : on le surnomme « Yvan le Terrible ». Autoritaire, ambitieux, ce dernier déploie sa domination de toute part, vers la mer Noire et la Sibérie, et renforce l’arsenal de Moscou, car les attaques tatares sont encore légions.

La stabilité tarde pourtant. En 1598, Fédor Ier, fils d’Yvan le Terrible, meurt sans héritier. Deux prétendants au trône s’opposent : Boris Goudanov et Fédor Romanov. Cette période d’instabilité, le Temps de troubles, dure quinze ans et profite aux Polonais, qui s’emparent de Moscou en 1610. Après les avoir expulsés et rétabli la paix, Michel III, fils de Fédor Romanov, devient tsar. Le premier de la longue dynastie des Romanov, qui régneront jusqu’en 1918.

La suite est plus connue : Pierre le Grand déplace la capitale à Saint-Pétersbourg en 1712, Napoléon occupe Moscou en 1812, et en 1917, la ville est le théâtre de la Révolution d’octobre. Lénine choisit de refaire de Moscou la capitale de la Russie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville résiste pendant deux ans aux forces allemandes, lors de la Bataille de Moscou. Les Moscovites, menés par Staline, finissent par repousser la Wehrmacht.

Vladimir Ilitch Lénine — Wikipédia
Vladimir Ilitch

Une ville de pouvoir

Il est donc difficile de séparer la ville de Moscou du pouvoir politique qu’elle accueille. Le Kremlin, où se concentrent les bâtiments les plus célèbres et les plus beaux de la ville, est un lieu hors norme. Dans cette forteresse d’où tout a débuté, où aujourd’hui les cathédrales aux dômes dorées côtoient les imposants palais et les places mythiques, les tsars, les dirigeants soviétiques et désormais les présidents de la fédération de Russie se sont succédé. La forteresse a maintes fois été détruite, brûlée, pillée, puis reconstruite à chaque fois. Pas moins de dix-neuf tours encerclent le Grand Palais.

L’histoire de Moscou est donc fascinante. C’est une ville qui incarne la résistance, l’espoir, le ciment de l’autorité, et surtout le besoin crucial d’une force collective.

Marcus Tullius n’est pas historien et ce texte ne saurait revendiquer la rigueur des ouvrages spécialisés. Vous remarquez une erreur, vous voulez suggérer un ajout ? Merci de lui en faire part en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.