Une histoire de Saint Louis, Missouri, personnelle.

Saint Louis est le nom d’un roi de France, certes, mais aussi et d’une ville culte.


Des débuts français

Aux XVIIe et XVIIIe siècle, les Français explorent le Midwest et le fleuve Mississippi. Cavelier de la Salle appelle Louisiane, en hommage au Roi-Soleil, la vallée du fleuve. Au nord est alors créée la Haute-Louisiane (ou Pays des Illinois), au sud la Basse Louisiane (aujourd’hui La Nouvelle Orléans et Bâton Rouge). Les colons s’installent, et deux d’entre eux, Gilbert-Antoine de Saint Maxent et Pierre Laclède Liguest fondent Saint-Louis. 

Après la guerre de Sept Ans (1756-1753), la Louisiane devient espagnole. Des trappeurs et des vendeurs de fourrure s’installent et s’organisent au sein d’une compagnie commerciale, dans le but de parcourir les terres alentour et d’entrer en contact avec les tribus amérindiennes.

Cession américaine


Au tout début du XIXe, Napoléon, récemment au pouvoir, pousse les Espagnols, dont les ambitions américaines s’étiolent, à restituer la Louisiane à la France. Le traité de San Ildefonso est signé en 1800. Mais le désormais Premier consul décide de se séparer de cette possession de plus de 2 millions de kilomètres carrés, trois ans plus tard, aux Américains. Par cet achat, ces derniers doublent la superficie de leur territoire, concentré alors à l’Est du continent. Le montant de cet achat de 15 millions de dollars 1800, s’élèverait à environ 350 millions de dollars 2020 – toute réserve sur la pertinence de cette comparaison gardée. Thomas Jefferson, troisième président américain, peut donc entreprendre son projet d’envoyer explorateurs et pionniers vers l’Ouest.

Wild Wild West

Ainsi, Saint Louis devient un passage obligé pour les explorateurs. En effet, dernière ville avec la « Frontière » et les mystères qu’offre l’Ouest peu connu, elle devient un carrefour de commerce. Les bateaux à vapeur, les colons, les marchandises, en plus de l’immigration européenne contribuent au développement de la ville. Le Missouri est officiellement un État des États-Unis d’Amérique en 1920. Son port sur le Mississippi gagne en importance et devient même le second port des États-Unis, derrière New York, au milieu du XIXe siècle.

Vingtième siècle

Si la guerre de Sécession affaiblit l’économie et freine la prospérité de son port, la ville tient et devient une municipalité indépendante. Les premiers gratte-ciel sont érigés en 1892. C’est la quatrième ville des États-Unis au tournant du siècle, elle compte un demi-million d’habitants. Saint Louis s’industrialise, mais l’arrivée de l’automobile offre aux habitants la possibilité de s’éloigner plus dans les terres. La ville étant limitée géographiquement, sa population est réduite de moitié en moins de cinquante ans. Un projet de quartier d’habitat social voit le jour. Le Pruitt-Igoe, financé dans le cadre du Fair Deal et imaginé par Minoru Yamasaki – qui dessina vingt ans plus tard le World Trade Center –, est un échec. Les immeubles sont détruits en 1972.

Gateway Arch — Wikipédia
La Gateway Arch de Saint Louis

La véritable construction architecturale qui marquera l’histoire de Saint Louis, c’est son arche. Conçue par l’allemand Hannskarl Bandel et le finno-américain Eero Saarinen – qui meurt deux ans avant son inauguration, elle s’élève, en 1968, à 172 mètres de haut. Avec la Route 66, qui passe aussi par Saint Louis, elle est un hommage à la conquête de l’Ouest et à ses pionniers.

Marcus Tullius n’est pas historien et ce texte ne saurait revendiquer la rigueur des ouvrages spécialisés. Vous remarquez une erreur dans cette histoire de Saint Louis, vous voulez suggérer un ajout ? Merci de lui en faire part en commentaire.

Un commentaire sur “Saint Louis (Missouri)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *