Le temple de Philae ou temple d’Isis est un monument incontournable de l’Égypte antique. Érigé sur les eaux bleues du Nil est un témoin vivant des nombreuses péripéties de cet incontournable pays qu’est l’Égypte.



Construction

Aux environs de 380 avant J-C le pharaon Nectanébo Ier, originaire de la ville de Sebennytos, décide de poser les fondations de ce qui deviendra le temple de Philae. Au commencement Philae ne ressemblait pas à la construction grandiose que nous connaissons car à l’origine il n’y avait qu’une simple arche. C’est sous les Ptolémée que l’édification de Philae prendra toute sa splendeur. En effet un temple sera construit et dédié à la déesse Isis, un édifice qui pourra se glorifier d’avoir pour lui deux tours de 18 mètres.

Après des siècles de tranquillité pour le temple, ce dernier devra accepter de recevoir quelques ajouts romains car en 30 avant J-C, l’Égypte perd une guerre. Une guerre menée par l’empereur Romain Octave. Cléopâtre et Marc-Antoinne vaincus et déchus meurent et les Égyptiens devront faire avec les Romains. Avec la présence Romaine, Philae se verra embellit d’une colonnade et du kiosque de Trajan.

Son rôle dans l’Égypte antique

La construction de Philae est le résultat d’une période peu chanceuse pour l’Égypte. Sous Nectanébo Ier les Égyptiens ont dû faire face à 7 années sans que Nil ne donne ses crues habituelles. Pour les Egyptiens la bonne santé du Nil est primordiale car indispensable à l’agriculture. Les Égyptiens très croyants ont donc fondés Philae en hommage aux dieux. Comme une demande à ces derniers pour ne pas revivre cette triste période.

Philae est non seulement un lieu de culte mais aussi une plateforme pour le commerce. Toutes les marchandises de valeur qui remontent par le Nil doivent passer par Philae et particulièrement l’or.

C’est aussi une petite localité. Les archéologues ont récemment découverts les traces d’anciennes habitations aux abords du temple. Elle était donc une petite commune qui comptait quelques centaines d’habitants, principalement des prêtres et des commerçants.

Témoin de diverses spiritualités

D’abord érigé en l’honneur d’Isis, la plus célèbre des déesses, Philae devra s’accommoder de plusieurs spiritualités au cours des siècles.

Quand arrive l’ère Chrétienne la mythologie égyptienne est considérée comme païenne par conséquent Isis n’est plus vraiment la bienvenue dans son temple. Le bassin méditerranéen se christianise peu à peu au cours des décennies et des siècles. En Égypte ceux qui représentent le Christianisme sont les Coptes. Les Coptes vont donc convertir le temple aux couleurs du christianisme. Les murs du temple sont recouverts de chaux pour cacher toute trace de la déesse Isis et alors fleurissent dans la roche des croix chrétiennes qui seront tournées vers Jérusalem.

En 639 après J-C les musulmans envahissent l’Égypte. Le temple n’est plus Chrétien il est désormais Islamique. Puis au cours des siècles il tombe peu à peu dans l’oubli des diverses spiritualités.

Sauvegarde du temple

En 1954, le premier ministre égyptien Gamal Abdel Nasser amorce les travaux du Barrage d’Assouan, ouvrage qui permettra une meilleure irrigation des eaux du Nil. Simplement la construction du barrage fait du temple de Philae un naufrager. En effet, une fois le barrage terminé en 1964 le temple se retrouve sous les eaux. Mais à la demande du gouvernement Égyptien L’UNESCO vient au secours.

Les constructions Égyptiennes sont souvent pharaoniques mais les conserver l’est tout autant. En 1970 l’Unesco prend en charge le dossier. Hors de question de voir cet ouvrage âgé de presque 2000 ans disparaitre comme l’Atlantide. Pour le sauvegarder il devra être déplacé sur une île voisine pierre par pierre. Mais pour déplacer les pierres il fallait également construire un barrage tout autour du site afin de vider l’eau et permettre aux ouvriers et aux archéologues d’accomplir la noble tache de la sauvegarde du temple. Un travail de romain grâce auquel Philae peut désormais vivre des jours heureux sous le soleil d’Égypte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *